Urbanisme

A Cormeilles-en-Parisis dans le Val d’Oise, UrbanEra transforme une ancienne friche industrielle en un quartier mixte. Mêlant habitations, parcs, commerces, une voie vélo ainsi qu’un port de plaisance, le futur Seine Parisii illustrera son savoir-faire en matière de conception et de réalisation de quartier. 

Par Isabelle Godar

Fin février, à Cormeilles-en-Parisis, dans l’Ouest parisien, de nombreux engins de Colas réalisent des travaux de terrassement sur les hauteurs d’une butte surplombant les bords de Seine. Sur la rive opposée, les pelouses vertes de l’ancien hippodrome de Maisons-Laffitte offrent au site un cadre bucolique. 3 500 habitants éliront bientôt domicile sur ce terrain en friche de douze hectares qui prendra la forme d’un quartier mixte comprenant 1 200 habitations réparties sur quatorze lots1, 4 hectares d’espaces verts, des commerces, des restaurants, des cafés au bord de l’eau, un port de plaisance de plus de 120 anneaux, ainsi qu’une crèche et un groupe scolaire. La reconversion de cet ancien site industriel permettra de ″redonner aux habitants l’accès à la Seine″, comme le proclame Yannick Boëdec, le maire de la ville. 

Nous souhaitons redonner aux habitants l’accès à la Seine.

Yannick Boëdec

Maire de Cormeilles-en-Parisis

4

Hectares d’espaces verts

340

Arbres plantés

120

Anneaux au port de plaisance

Un nouvel art de vivre

Le nouveau quartier-village est baptisé Seine Parisii, du nom de la tribu gauloise qui vivait dans la région. La singularité du projet tient à son port de plaisance2 où animations nautiques, péniches et restaurants les pieds dans l’eau cohabiteront. L’aménageur s’est associé à l’architecte-urbaniste Xavier Bohl qui s’est inspiré des cités lacustres et a participé à l’édification de Port Grimaud et la Presqu’Île de la Touques, à Deauville. Pour gérer la proximité avec le fleuve, ″le port et les bâtiments sur pilotis permettent un bon traitement hydraulique, précise-t-il. En cas de crues exceptionnelles, tous les bâtiments sont construits au-dessus de la côte de plus haute crue, y compris les parkings, et les habitations sont conçues à partir du premier étage, avec un accès permanent à l’extérieur″

Fort de son mandat de vice-président du Conseil départemental du Val d’Oise, le maire Yannick Boëdec voit plus loin : ″Notre ambition est d’en faire un lieu de destination qui rayonnera au-delà de Cormeilles. Nous croyons beaucoup au développement du tourisme culturel et de loisirs au sein de la région, qui regorge de lieux d’intérêt comme les châteaux de Maisons-Laffitte et de Saint-Germain-en-Laye, le Fort de Cormeilles  ou encore la voie cyclable  La Seine à vélo qui reliera Paris au Havre″. Sur le chantier, plusieurs entités du Groupe sont à la manœuvre : Brezillon pour la dépollution et les terrassements, Colas pour la voirie et Bouygues Travaux Publics pour l’aménagement du génie civil du port.

À l’échelle du piéton

Xavier Bohl et son équipe d’architectes ont dessiné les bâtiments dans une architecture qui se veut pittoresque et classique, ″inspiré  des charmes des bords de Seine, ceux-là même qu’ont exprimé les impressionnistes″. ″Nous ne voulions pas en faire un quartier hors du contexte ou un démonstrateur high tech, qui donnent l’impression d’une ville nouvelle″, souligne Nathalie Garin Chereau, directrice de projets pour UrbanEra. Afin de  répondre aux besoins d’espaces de l’ère post-covid, les logements ont été conçus plus spacieux que la moyenne avec des prolongements extérieurs. Et 90 % d’entre eux bénéficieront d’une vue sur la Seine ou le port. La nature y sera aussi très présente : quatre hectares d’espaces verts – soit 30 % de la superficie – ont été agencés et les bords de Seine renaturés pour assurer une continuité écologique avec les forêts de Saint-Germain-en-Laye et des Buttes du Parisis. 

Notre architecture est inspirée  des charmes des bords de Seine, ceux-là même qu’ont exprimé les impressionnistes.

XAVIER BOHL

ARChiTECTE

A la manière d’un village, les commerces de proximité et les équipements permettront de subvenir à la majorité des besoins des habitants, pour palier son éloignement du centre-ville. Sont d’ores et déjà prévus une crèche de 60 berceaux et une école de 12 classes, ainsi qu’une supérette, des commerces de bouche, une épicerie fine et un caviste. Au sein du quartier, la voiture n’est pas le mode de transport privilégié. ″En préparant le plan masse, nous avons fait en sorte que le piéton soit à bonne échelle pour pouvoir tout gérer à pied et même se rendre à la gare en vélo″, argumente Nathalie Garin Chereau. La connexion à la véloroute favorise les déplacements à vélo tandis que deux lignes de bus, l’une prolongée et l’autre créée, complèteront l’offre de mobilité. Finalement, ″le quartier sera une douce alchimie mixant bateaux, résidents, touristes, promeneurs à vélos et piétons″, se réjouit l’architecte Xavier Bohl. Un petit air de vacances en Ile-de-France.

1. Promoteurs : BNP Paribas Immobilier, Altarea-Cogedim, Patrignani, filiale de Bouygues Immobilier
2. Le port de plaisance bénéficiera des labels Port propre et Pavillon Bleu