Magazine
Nos sites
Les sites du groupe
  • Bouygues SA
  • Services
  • Filiales

Un projet qui va révolutionner la vie des vietnamiensHanoï à l’ère du métro

Reportage
10 min
08/06/2020

VIETNAM

Colas Rail participe à la construction de la ligne pilote du métro d’Hanoï, dont l’ouverture partielle au public est attendue pour 2021. Un projet qui vise à introduire un nouveau mode de déplacement pour les habitants de cette ville au rythme effréné.
Par Isabelle Godar
map

Hanoï, mégalopole hyperactive et bouillonnante de vie située dans le Nord du Vietnam. Dans ses rues aux étalages colorés, les trottoirs sont de véritables scènes de vie : on y mange du Pho (soupe vietnamienne) installés sur des petites chaises, on se fait couper les cheveux, on y joue au Co Ou Ky (variante des échecs) entre amis... Les scooters se déversent ici comme des torrents dans les enchevêtrements de ruelles, se faufilant entre les bus, les piétons, les voitures, les cyclo-pousses. Hanoï, ce sont 7,6 millions d’habitants et sans doute autant de deux-roues, le moyen de déplacement favori et parfois familial des Vietnamiens.

x6
le trafic de deux-roues entre 1995 et 2005
x30
celui des automobiles

Un phénomène qui prend de l’ampleur avec la hausse du nombre d’habitants et a de lourdes conséquences environnementales et sanitaires. Pour répondre à cette crise des transports, le gouvernement a initié en 2011 un plan directeur visant à construire 8 lignes de métro dans la capitale d’ici 2050.

Colas Rail participe à la construction de la ligne numéro 3 pour le compte du Hanoi Metropolitan Railway Management Board. Objectif : relier le centre historique à l’extrémité Ouest de la ville. Les travaux réalisés par la filiale portent sur la pose de voies ferrées en viaduc et souterraines, l’installation d’équipements électromécaniques dans les stations, l’alimentation en énergie ainsi que l’aménagement du dépôt pour la maintenance des trains situé en bout de ligne. Sur ce dernier lot, Colas Rail intervient en consortium avec Alstom et Thalès.

workers laying track
tracks

En première ligne

La nuit tombée, les principales artères d’Hanoï se vident et laissent place à des engins de chantier qui viennent stationner le long du viaduc. Une vingtaine de compagnons y finalisent l’installation des voies. Une centrale à béton remplit deux lignes coffrées et ferraillées pour réaliser les plinthes, la partie sur laquelle reposeront les rails. À la suite de cette opération, les attaches provisoires seront retirées pour procéder au réglage final de la voie et installer le troisième rail. “Cent mètres de voies sont ainsi installés chaque soir. Nous réalisons nos opérations de mise en œuvre du béton la nuit pour que nos engins de chantier ne gênent pas le trafic qui est déjà très dense en journée”, explique Colas Chalamont, responsable construction du lot 8 (voie ferrée). Une fois terminée, la ligne de métro reliera la gare centrale à trois grandes universités de la ville, en desservant les principaux sites culturels comme le temple de la littérature, situé dans le centre historique. “Le nouveau métro va révolutionner nos modes de déplacement, souligne Hoang Van Due, responsable travaux sur le lot 8. Pour beaucoup d’habitants d’Hanoï, prendre le métro sera une grande première. Son ouverture au public sera sans aucun doute un événement national.”

2021
ouverture prévue au public de la section aérienne
2023
ouverture prévue pour la partie souterraine
8 600
passagers par heure et par direction estimés
worker

La ligne 3 du métro d’Hanoï, c’est 32km de voies

train
7
kilomètres au dépôt
bridge
17
kilomètres sur viaduc
tracks
8
kilomètres en tunnel

Une autre réalité

Douze stations jalonneront la ligne, soit une station par kilomètre. Le second lot remporté par Colas Rail concerne l’installation des équipements électromécaniques dans les stations. “Les stations nous sont livrées par l’entreprise de génie civil afin que nous réalisions les systèmes de ventilation et de désenfumage, le traitement de l’air, la protection et la détection incendie, les escaliers mécaniques et les ascenseurs ainsi que le système de relevage des eaux”, précise Thomas Célimène, directeur de projet du lot 7. Et sur ces travaux, les équipes de Colas Rail Vietnam envisagent d’utiliser l’Holobim, une variante de la maquette numérique qui intègre de la réalité virtuelle. Cette dernière consiste à incruster des éléments virtuels (ou hologrammes) dans un environnement réel par le biais d’un casque dédié.

Dans le cadre du chantier, les compagnons peuvent se déplacer dans le bâtiment et, grâce à la projection 3D, vérifier les bons emplacements et les dimensions. “Nous pouvons tout examiner d’un coup d’œil, là où auparavant nous devions mesurer chacune des ouvertures manuellement. Nous gagnons en rapidité et en fiabilité”, explique Romain Lashermes, responsable études sur le lot 7. Cette innovation a été développée par une start-up soutenue par Colas Rail et testée sur deux projets dans le monde : la ligne 3 du métro d’Hanoï et le chantier du métro de Rennes en France. “Cela préfigure la façon dont on gérera les chantiers de demain”, estime Thomas Celimène. L’Holobim sera déployé sur les travaux souterrains souvent plus complexes en raison du nombre d’interfaces plus important.
Colas Rail Vietnam
2015
année de création
530
collaborateurs, dont 420 compagnons
tracks
En Asie du Sud-Est
Colas Rail réalise également le métro léger LRT Jabodebek à Jakarta en Indonésie
olivier
Olivier Wendling
Directeur de Colas Rail Vietnam
“Le Vietnam n’a pas de culture du rail : la construction du réseau interrégional date de la fin du XIXe siècle. Via la mobilité interne, nous avons fait venir des experts qualifiés de France, de Malaisie et du Venezuela, où nous avons participé à la construction du métro de Caracas et de Los Teques. Ces experts forment nos talents locaux, comme c’est l’usage chez Colas Rail.”
tracks

Changement d’ère

Les rames du futur métro d’Hanoï seront vertes et rouges, deux couleurs symboliques du pays : le vert pour ses rizières verdoyantes et le rouge pour le fruit du dragon que l’on retrouve sur les étals des commerces de rue. Une dizaine de rames de la gamme Metropolis Urbalis 400 est livrée par Alstom. Sur la partie système du métro, Colas Rail collabore avec plusieurs groupes français : Alstom, Thalès au sein d’un consortium ainsi que Systra pour l’ingénierie. Dans le cadre de ce dernier contrat, Colas Rail fournit les courants forts ainsi qu’une quarantaine d’équipements pour la maintenance des rames dans le dépôt situé à Nhon, à l’ouest d’Hanoï. À cela, s’ajoute le suivi de garantie pendant deux ans. Avec ce premier projet dans le pays, Colas Rail entend se faire une place comme un partenaire de choix au Vietnam, face à une concurrence asiatique bien implantée. “Six lignes supplémentaires seront construites au cours des prochaines années dans la capitale administrative, pointe Olivier Wendling, directeur de Colas Rail Vietnam. Le gouvernement a également annoncé la construction de huit lignes de métro à Ho Chi Minh City, la plus grande ville du pays.” Des projets d’infrastructures qui accompagnent la croissance économique exponentielle que connaît actuellement le pays (7,1 % en 2018) et l’essor de la population urbaine qui l’accompagne. Très attendue, la ligne 3 redonnera du souffle à Hanoï dans sa course effrénée.

Les impacts positifs du métro
Economie
20 000
teq. CO2 d’émissions de gaz à effet de serre
Réduction des accidents
-1400
d’accidents de la circulation : 3 500/an (dont 900 mortels) actuellement à 2 100 (dont 500 mortels)
Economie urbaine
15 000
des activités commerciales et culturelles autour des stations du métro

En chiffres

91 M
d’habitants au Vietnam
35%
de la population vit en ville
2
lignes de métro actuellement en construction à Hanoï : ligne 2A et ligne 3
110 M€
Montant des travaux de la ligne pour Colas Rail
2023
Livraison complète de la ligne 3
Crédit photos Arnaud Février ; Michel Saemann ; Société du Grand Paris/ Jean-Marie Duthilleul/ Philippe Gazeau.