Consommation des matières premières

Le groupe Bouygues, en raison de l’importance de son secteur d’activités de construction, utilise une grande quantité de matières premières. Compte tenu des conséquences de son activité sur l’environnement, il développe le recours au recyclage et à l’éco-conception et oriente une grande partie de la R&D du secteur d’activités de construction sur ce sujet.

En matière de consommation de papier, Bouygues a répondu en 2013 à la deuxième édition de l’étude PAP50 Entreprises : l’ONG WWF France et l’association Riposte Verte y évaluent la politique « papier » de cinquante grandes entreprises implantées en France. Le Groupe a obtenu un score de 63 points sur 100 (contre 43 sur 100 en 2010). Il gagne quatre places et se hisse à la dixième place du classement.

Bouygues Construction

En matière de consommations des matières premières, Bouygues Construction s’est engagé dans trois principaux axes de travail :

  • Optimiser les quantités de béton : Bouygues Construction contribue au projet national Recybeton et fait partie du comité de direction. Ce projet de R&D vise à favoriser la réutilisation de l’intégralité des produits issus des bétons déconstruits. L’utilisation des granulats recyclés en travaux routiers est déjà bien développée et des études sur le recyclage du béton sont en cours. Il s’intéresse aussi au recyclage des matériaux hydrauliques issus de la déconstruction des bétons comme matière première dans la production de liants hydrauliques. Outre l’apport de financement, Bouygues Construction met à la disposition des ressources internes (pour en savoir plus : www.pnrecybeton.fr).

Par ailleurs, afin de limiter le recours au béton, Bouygues Construction explore des modes de construction alternatifs à travers plusieurs projets de R&D (par exemple, « Panobloc® » avec la PME Techniwood, primé à plusieurs reprises) et a renforcé son pôle d’expertise bois. Aujourd’hui, l’entreprise compte plus d’une soixantaine de références « bois », tant dans le neuf qu’en réhabilitation.

  • Éco-concevoir :

Depuis 2007, Bouygues Construction travaille sur l’éco-conception et depuis 2009 sur l’Analyse de cycle de vie (ACV) en partenariat avec le CSTB1. Ces travaux ont abouti à l’amélioration du logiciel du CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment), Elodie®, outil d’analyse du cycle de vie des bâtiments. Au travers de l’ACV, Bouygues Construction évalue les impacts environnementaux d’une opération, de sa conception jusqu’à sa déconstruction.

De plus, Bouygues Construction s’est engagé dans le projet Benefis, projet de recherche publique sur l’ACV des bâtiments, piloté par le CSTB. Benefis permettra d’améliorer les méthodologies et logiciels existants en matière de gestion du cycle de vie des bâtiments.

D’un point de vue commercial, Bouygues Construction intègre de manière volontaire des ACV dans diverses réponses aux appels d’offres de ses clients. Pour structurer la démarche, un correspondant « ACV » est nommé dans chaque filiale Bâtiment et reçoit une formation spécifique dédiée. Bouygues Construction développe une base de produits éco-caractérisés baptisée Polygreen, qui permet de choisir les produits de construction en fonction de critères techniques, économiques, sanitaires et environnementaux. Par ailleurs, le développement du recours à la maquette numérique permet d’étudier en direct l’impact environnemental de différentes hypothèses de conception.

  • Diminuer la consommation des matières premières

Bouygues Construction a lancé plusieurs projets de R&D pour optimiser toutes les solutions à disposition dans le but de limiter les apports de matériaux extérieurs sur une opération (par exemple, traitement des sols de qualité médiocre par l’ajout de liants permettant ainsi d’être réutilisés pour les remblais).

Bouygues Immobilier

Bouygues Immobilier travaille avec le CSTB

afin d’optimiser l’éco-conception des projets immobiliers.

Bouygues Telecom

Outre une démarche d’éco-conception relative aux « box », Bouygues Telecom intègre des démarches d’éco-conception dans différents processus de production.

Une action d’éco-conception des packagings des accessoires a été mise en place en 2013 dans le réseau des Clubs Bouygues Telecom. Une diminution de 35 % des émissions de CO2 du packaging back office est constatée. Pour sa communication commerciale, Bouygues Telecom mène depuis plusieurs années une démarche d’optimisation de sa consommation de papier.

Colas

Pour réduire la consommation des matières premières, Colas optimise et maximise le recyclage de tous les déblais, gravats et déchets inertes issus du BTP, ce qui diminue le besoin en sites de décharge et l’utilisation de matériaux vierges.

Colas a donc établi des indicateurs pour comptabiliser ses volumes effectivement recyclés dans ses processus industriels et pour les comparer aux matériaux vierges qu’il produit, plutôt que de tenir la comptabilité des flux de déchets sortants ou de matériaux recyclés qu’il consomme. Les nouveaux produits développés au sein des laboratoires de Colas s’appuient sur des démarches d’éco-conception avec l’objectif de minimiser les prélèvements de matières premières, en particulier celles qui ne sont pas renouvelables.

Depuis longtemps, Colas est moteur pour la conception et la proposition à ses clients d’éco-variantes (usage de dimensionnements alternatifs permettant de diminuer les quantités de matériaux utilisés), ainsi que dans la mise au point d’éco-comparateurs permettant d’évaluer ces variantes. Ces efforts ont été particulièrement importants dans l’élaboration de l’éco-comparateur de la profession en France, Seve®, lequel intègre un indicateur d’économie de matériaux. Colas a joué un rôle essentiel dans la réalisation de ce logiciel et dans sa mise à la disposition de l’industrie et des clients. Les éco-variantes affichent un bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre plus bas et plus faible que la solution technique de base.

La démarche de Colas consiste donc à mesurer des économies de matières premières plutôt que de suivre des totaux de consommation. En effet, l’interprétation des totaux de consommation s’avère complexe car certains augmentent en fonction du chiffre d’affaires, d’autres baissent du fait de l’évolution du marché (consommation de bitume par exemple, déplacement vers des activités de service et d’entretien, développement d’activités nouvelles, etc.) :

  • L’augmentation de la production de matériaux recyclés suit l’augmentation de la production de granulats sans que le ratio ne s’améliore entre les deux.
  • À l’inverse, la baisse du tonnage pour le recyclage d’enrobés est beaucoup moins forte que celle de la production totale d’enrobés, ce qui permet au taux de recyclage de continuer de progresser.

Les actions de réduction dans l’utilisation de matières premières s’inscrivent dans la politique d’optimisation des coûts de construction.

TF1

Pour TF1, la consommation de papier est au cœur de l’empreinte environnementale de sa filiale Metro.

Sur la période considérée, l’impression du journal a nécessité 7 625 tonnes de papier, soit une moyenne de 635 tonnes par mois. Cette consommation est contrôlée de manière à optimiser à la fois la quantité de papier et la distance entre les imprimeries et les points de distribution.


(Mise à jour : janvier 2016)