Utilisation des sols

Bouygues Construction

Les activités de terrassement et travaux publics de Bouygues Construction sont les plus concernées par la gestion et l’utilisation des sols. Des programmes de R&D portant sur le traitement et la réutilisation des sols en place sont mis en œuvre afin de diminuer les impacts en termes de pollution et de prélèvement.

Des études et expérimentations sur la consolidation des sols, et plus particulièrement des berges (en partenariat avec BASF), sont également menées.

La généralisation de la dépollution des sols permet de diminuer les déchets et d’éviter le recours à de nouveaux matériaux de remplacement.

De plus en plus de grands projets d’infrastructures prévoient un volet Biodiversité permettant de définir les mesures à mettre en place pour éviter d’endommager la faune et la flore locales.

Enfin, Bouygues Construction a initié plusieurs actions sur la thématique de l’utilisation intelligente et responsable des sols, notamment au travers de sa filiale de développement immobilier, Sodearif, qui participe au forum ULI (Urban Land Institute), forum multidisciplinaire de l’immobilier dont la mission est d’agir en tant qu’ « autorité en matière d’utilisation intelligente et responsable de fonciers exploitables tout en préservant l’environnement ».

Bouygues Bâtiment Ile-de-France a développé deux produits répondant à cet enjeu en valorisant la densification par une construction en hauteur : la villa universitaire, résidence étudiants et Totem, tour mixant différents produits dont des bureaux. L’unité opérationnelle Brézillon a remporté le concours Rhéa 2 du Plan d’urbanisme Construction Architecture (PUCA) avec un projet de réhabilitation d’immeubles haussmanniens par la surélévation du bâtiment (création d’un dernier étage en bois).

Bouygues Immobilier

Les opérations Bouygues Immobilier intègrent des sondages effectués sur le terrain en amont. Ils permettent de vérifier la nature du sol, ainsi que l’absence : • de déchets, • de stockage de substances chimiques ou radioactives visées, • de pollution susceptible de résulter notamment de l’exploitation actuelle ou passée ou de la proximité d’une installation soumise à autorisation, • de déchets déposés ou enfouis ou de substances pouvant entraîner des dangers pour la santé et l’environnement.

La présence d’une quelconque pollution du sol et/ou du sous-sol est une condition suspensive des promesses d’acquisition de terrains ; il ne peut y être dérogé que par autorisation préalable du comité d’engagement.

Bouygues Telecom

Bouygues Telecom participe activement aux programmes de couverture partagée des zones peu denses du territoire en partenariat avec les autres opérateurs.

Ce choix permet de mutualiser des équipements radio toujours plus performants, d’optimiser le nombre d’antennes, de favoriser le partage des coûts, d’apporter une qualité de couverture optimale et d’instaurer une concurrence durable sur les services. Cette action contribue également à limiter l’impact au sol des sites de télécommunications.

Colas

L’essentiel de l’activité de travaux de Colas consiste à intervenir sur des surfaces déjà artificialisées pour les entretenir ou les réaménager. Les infrastructures neuves constituent une part modérée du chiffre d’affaires (estimée à moins de 10 %).

Colas n’y a souvent pas la maîtrise du foncier puisque celui-ci est mis à disposition par ses clients, même dans le cas de concessions ou de PPP (partenariats public-privé). Dans ce dernier domaine, Colas n’a pas d’impact direct sur l’utilisation des sols, l’emprise de ses prestations incombant à la maîtrise d’ouvrage. En ce qui concerne l’activité de carrières et de gravières, tous les sites sont réaménagés en fin d’exploitation de gisement et nombre d’entre eux font l’objet d’un réaménagement à l’avancement sans attendre la fin de l’exploitation définitive.


(Mise à jour : janvier 2016)